Comment faire un bilan financier ?

Connaître de quelle façon votre banquier étudiera votre bilan vous offre la possibilité d’anticiper les questions de ce dernier et de préparer du mieux possible vos réponses pour valoriser vos points forts et exposer les mesures permettant de gommer vos points faibles. Découvrez comment faire un bilan financier.

Qu’est-ce qu’un bilan financier ?

Le bilan financier est un document comptable reprenant l’actif et le passif de la société. Ce dernier est effectué durant la clôture de l’exercice ou d’un contexte comptable intermédiaire. Afin de pouvoir le formaliser, il est nécessaire de définir la totalité des flux financiers de l’exercice dans le logiciel comptable, sans oublier les écritures de clôture.

Ce document classifie également les postes de l’actif par leur niveau de liquidité et les postes du passif par leur niveau d’exigibilité. Le bilan financier offre la possibilité d’exposer la solvabilité de la société, cela se faisant via une comparaison entre ses liquidités et ses exigibilités. Pour effectuer facilement et rapidement un bilan comptable, vous pouvez utiliser le logiciel de facturation et de comptabilité.

Il existe une différence majeure entre les deux bilans (fonctionnel et financier). Le premier nommé se base sur une démarche liquidative tandis que le deuxième voit le bilan comme une phase de l’activité.

La démarche liquidative du bilan financier se caractérise par la vérification de la capacité de la société à rembourser ses dettes exigibles par la vente de ses actifs. Ainsi, l’évaluation de ces derniers s’effectue par rapport à leur valeur réelle. La plupart du temps, l’étude de cette approche se fait par les tiers de la société. Souvent, cela passe donc par le banquier.

Le bilan fonctionnel pour sa part est déterminé en interne avec une autre démarche, celle d’une continuité d’exploitation. Par conséquent, il optimisera l’étude du fonctionnement des étapes de financement de l’entreprise. Les deux solutions sont des options d’analyses additionnelles pour appréhender du mieux possible le contexte financier de la société. Ne confondez pas bilan financier et compte de résultat !

Quelle est la structure du bilan financier ?

Le bilan financier provient de la comptabilité de la société. Ce document de synthèse est émis par le logiciel comptable dans lequel sont utilisés les documents comptables.

Il se dévoile en tant que tableau composé de deux parties. Sur la zone gauche, se situent les postes du bilan actif selon leur niveau de liquidité, alors qu’à droite se trouve les postes du bilan passif selon leur niveau d’exigibilité.

Voici les éléments majeurs de la structure du bilan financier :

  • Liquidité de l’actif : c’est la capacité d’un poste à être vite changé en disponibilité.
  • Exigibilité du passif : l’échéance pour régler une dette.
  • Solvabilité de l’entreprise : aptitude de réponse aux engagements (dettes exigibles) par ses liquidités, sans être en défaut de paiement (dans une situation de liquidation ou de cessation de paiement par exemple).
  • Actif réel net à plus d’un an : actifs qui demeurent de façon durable dans la société, leur liquidité est longue dans le temps, puisque ces derniers ne seront normalement pas vendus instantanément ;
  • Actif réel net à moins d’un an : actifs plus liquides, le temps de leur conversion en disponibilité ne va pas au-delà d’un an, créances clients à court terme, etc. ;
  • Passif réel à plus d’un an : on trouve ici les postes du bilan passif qui dévoilent une exigibilité longue dans le temps ;
  • Passif réel à moins d’un an : on trouve ici les postes du bilan passif qui dévoilent une exigibilité longue dans le temps.

Point important : l’évaluation des postes du bilan financier peut se faire à partir de leur valeur de remboursement, de revente ou de liquidation.

Comment réaliser un bilan comptable ?

N’importe quelle structure de bilan comptable doit se faire en fonction des normes définies par le plan comptable général. Ainsi, effectuer un bilan comptable demande des connaissances poussées et précises (et un réel savoir-faire) dans le domaine comptable.

Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d’un tel bilan ? Vous allez le découvrir. Néanmoins, avant de concevoir le bilan comptable de votre société, il est nécessaire de penser à la clôture de l’exercice en respectant ces actions :

  • I. Effectuer l’inventaire et sauvegarder les stocks ;
  • II. Sauvegarder les écritures comptable de fin d’année ;
  • III. Procéder à l’ajustement de comptes de gestion ;
  • IV. Définir et comptabiliser les dotations aux amortissements ;
  • V. Dénicher les provisions pour risques ;
  • VI. Procéder à une révision des comptes, cela signifie la vérification et la justification des soldes comptables.

Gestion de la comptabilité : une obligation

Durant la totalité de l’exercice, il est nécessaire d’actualiser en continu ces deux livres comptables :

  • Livre-journal : avec lequel il faut sauvegarder de manière chronologique vos différentes opérations (si vous préférez les mouvements ayant un impact sur votre patrimoine).
  • Grand livre : utilisant les écritures comptables présentes dans le livre-journal, en effectuant une répartition selon le plan comptable choisi par votre société. Dedans, vous aurez la totalité des enregistrements comptables de l’exercice passé.

Facultatif, nous vous recommandons également de mettre à jour :

  • Balance comptable : véritable outil de gestion et de contrôle, cet état comptable détermine le listing de la totalité des comptes du grand livre. Il offre la possibilité de dénicher les erreurs de saisie possiblement apparues pendant l’exercice comptable.
  • Livre d’inventaire : depuis six ans, il est facultatif même si vous devez effectuer un inventaire annuellement. Mettre à jour ce livre offre la possibilité d’obtenir un panorama clair et précis de votre actif, et de votre passif.

Servez-vous d’un logiciel de comptabilité !

Effectuer vous-même le bilan comptable n’est pas chose aisée. Il faut dire qu’une telle tâche demande un réel savoir-faire dans le domaine comptable. Du temps est aussi nécessaire. Document qui connaît une télétransmission envers l’administration fiscale, ce dernier doit être réalisé en respectant les normes actuelles. En cas d’erreur, prenez en compte qu’il peut y avoir des pénalités.

Sur le web, vous trouverez de multiples et variés logiciels de comptabilité plus ou moins simples à prendre en main. En ayant recours aux services d’un expert-comptable, vous pourrez profiter de ses compétences, son logiciel et ses recommandations.

La meilleure solution pour un bilan financier ? Vous tourner vers un expert-comptable

Si vous n’avez pas le temps, l’envie et/ou le savoir-faire pour effectuer un bilan financier, nous vous recommandons d’avoir recours à un cabinet d’expertise comptable. Si vous n’avez pas l’argent nécessaire pour cela, dirigez-vous vers un comptable indépendant même si la première solution doit être privilégiée. Veillez également à choisir un professionnel ayant au minimum plusieurs années d’expérience. Nous vous conseillons de scruter les avis sur le web pour voir si ce dernier est sérieux ou non.

Un expert-comptable est un véritable spécialiste du chiffre disposant de tout le savoir-faire nécessaire pour s’occuper de votre comptabilité, formaliser vos comptes annuels et offrir les meilleures recommandations possibles par rapport à la gestion de votre société, et cela sur tous les points. Son savoir-faire dans les domaines fiscaux et juridiques (sans oublier le droit social) représentent aussi un bien précieux. On peut dire que l’expert-comptable est un véritable médecin généraliste pour une société.

En lui permettant de s’occuper de votre comptabilité, vous êtes certain d’obtenir un bilan comptable respectant toutes les règles. Vous pourrez également obtenir une étude comparative, qui offrira la possibilité de voir où en est votre entreprise par rapport à la concurrence.

Faire un bilan rapidement : les supports à utiliser

Pour concevoir un bilan financier rapidement et facilement par vos propres moyens, vous pouvez passer par un tableur. Le plus connu est évidemment l’incontournable Excel. Ce dernier offre une multitude de modèles gratuits sur le web. Ainsi, vous pourrez effectuer votre bilan comptable totalement gratuitement sans avoir recours aux services d’un professionnel.

Vous n’aurez qu’à disposer les chiffres dans la catégorie adéquate. Il faudra aussi vous servir des formules correctes. L’avantage avec Excel est que des calculs et des tâches s’effectueront automatiquement. N’hésitez pas à utiliser des tutoriels YouTube si vous ne savez pas comment vous y prendre.

Beaucoup de PME font le choix d’une présentation simple et optimisée de leurs comptes annuels dans un document Excel. Néanmoins, si cela est possible pour vous, nous vous recommandons de vous servir d’un logiciel de comptabilité intégrant la conception automatique du bilan de votre société, via les écritures comptables indiquées. N’hésitez pas à consulter des comparatifs, des tests et des avis afin de dénicher le logiciel qui vous convient. Nous vous recommandons deux grands noms du milieu : Quickbooks et Sage.

Quand effectuer son bilan financier ?

Il est nécessaire de faire un bilan comptable au moins une fois chaque année, la plupart du temps avant la clôture de l’exercice. Il est obligatoire de procéder à la publication de ses comptes annuels pour chaque entreprise. Le bilan financier est nécessaire au niveau légal, au contraire d’un bilan semestriel ou trimestriel pouvant survenir durant l’année écoulée. Par contre, il n’y a pas d’obligation par rapport à la date de clôture du bilan, à part pour les professions libérales qui ont pour obligation de terminer leur exercice avant la fin de l’année (soit exactement le 31 décembre).

Il faut que la date de clôture apparaisse sur votre bilan. Si énormément de sociétés retiennent le 31 décembre, vous pouvez tout à fait faire le choix d’une autre date. Dans ce but, vous devrez prendre en compte différents aspects afin de la déterminer. Pour la date de clôture, il est possible de choisir un mois où la santé de votre trésorerie est excellente. Autres solutions possibles : la définir selon votre stock, ou en fonction du versement des dividendes ou faire selon la saisonnalité. Tout dépend de la profession que vous exercez. Si vous effectuiez une majeure partie de votre chiffre d’affaires en fin d’année, vous devrez plutôt déterminer fin janvier (le 31) en tant que date de clôture. Sinon, il est possible de choisir un mois calme dans le but de finaliser votre bilan comptable annuel.

L’intérêt du bilan comptable

Ce document offre la possibilité d’être à jour avec les acteurs de votre société (les parties prenantes). Il permet surtout d’obtenir un panorama complet du contexte comptable de votre entreprise (état de l’actif et du passif). En ce sens, il représente avant tout une véritable solution stratégique. Ce document, établi annuellement, permet d’étudier les performances écoulées, et de gérer l’activité par rapport aux événements de l’exercice passé.

Le bilan comptable peut également représenter un réel support de communication. Une autre de ses utilités est également de justifier votre solvabilité. Pour optimiser la confiance avec vos partenaires, il est idéal. Il peut aussi servir si vous recherchez à obtenir crédit auprès d’un établissement bancaire. Le bilan est une véritable fiche d’identité financière, argument infaillible de votre robustesse.

Une solution d’analyse efficace

À part son côté obligatoire, le bilan comptable est une solution d’analyse efficace pour tout ce qui suit :

  • Vérification de l’équilibre financier ;
  • Compréhension de la structure financière et des possibilités de développement de l’entreprise ;
  • Étudier votre santé financière ;
  • Gérer le niveau de performance de votre activité ;
  • Déterminer une stratégie performante.

Ce document est également intéressant pour le dirigeant mais pas seulement. En effet, il peut aussi servir aux différents organismes de financement, aux investisseurs et au repreneur d’une société.

Les données essentielles du bilan

Lire le bilan offre la possibilité de déterminer le ratio d’endettement, cela signifie le niveau possibilité d’endettement en vue d’un financement de votre croissance. Vous pourrez aussi en savoir plus sur d’autres données telles que le taux d’endettement afin de cerner le poids de l’endettement, en comparaison aux capitaux propres de la société.

Par rapport au poste « provisions pour risques et charges », il faut procéder à la vérification des sommes comptabilisées selon la totalité des risques à provisionner.

La trésorerie est l’un des piliers de votre bilan car il s’agit de la totalité des montants disponibles de votre société. C’est également l’opportunité de vérifier d’autres données comme les délais d’encaissements des factures de votre clientèle, et ceux de paiements négociés avec vos différents fournisseurs.

Vous pourrez aussi déterminer votre besoin en fonds de roulement. Il s’agit de votre besoin minimum de trésorerie permettant le financement du décalage entre l’encaissement de vos recettes et les dépenses effectuées auprès de vos fournisseurs, des impôts et des organismes sociaux.

Par rapport à l’actif immobilisé, sachez que les immobilisations représentent l’équipement assurant le bon déroulement de votre activité, dont la valeur va au-delà de la barre des 500 euros HT. Il s’agit de la totalité des outils de travail de votre société. Voici les deux types d’immobilisations concernées :

  • Immatérielles : logiciels, portail web et fonds de commerce.
  • Matérielles : local professionnel, appareils et équipements informatiques.

Ces derniers peuvent connaître ce qu’on appelle des amortissements comptables qui intègrent l’aspect de l’usure d’équipement. Par conséquent, lors de chaque exercice comptable, il y a déduction d’un certain montant (défini selon la durée de vie du bien concerné) de votre résultat. Ainsi, il demeure essentiel de déterminer la valeur restant à amortir en fin d’exercice et de voir quels sont les équipements qui se dégradent au fil du temps (qui vieillissent). Posez-vous les questions suivantes : est-il nécessaire d’investir dans du neuf ou de réparer ? En prenant en compte le taux d’endettement, pouvez-vous vous le permettre ?