Tout savoir sur l’investissement écologique ?

Investissement et écologie sont-ils des notions compatibles ? De plus en plus de Français pensent que le réchauffement climatique est devenu une priorité aujourd’hui. Ainsi, ils désirent agir à leur niveau. Dans ce but, ils partent à la recherche de placements pertinents.

Qu’est-ce que l’investissement écologique ?

Un investissement écologique est un investissement dont le but est d’optimiser la transition énergétique, sauvegarder l’environnement et la biodiversité et/ou faire face au bouleversement climatique. Par conséquent, une société produisant des gaz à effet de serre, mais dont la finalité est de rassembler des capitaux pour effectuer sa mutation écologique intègre la famille des investissements écologiques. Les sociétés à impact ayant un projet de sauvegarde de la biodiversité font également partie des investissements écologiques.

L’aspect social du projet financé est aussi un élément essentiel mais il demeurera en second plan par rapport à un investissement écologique même si les deux sont la plupart du temps indissociables. Par conséquent, procéder au financement d’une société se servant de travailleurs handicapés pour l’extraction du charbon n’intègre pas la famille des investissements écologiques. La plupart du temps, c’est cette méprise entre l’aspect social/gouvernance et l’aspect écologique de l’entreprise qui peut impacter la vigilance des investisseurs particuliers. Plusieurs labels ont un rôle dans cette confusion, essentiellement le label ISR (investissement socialement responsable).

Quels types d’investissement écologique choisir ?

Avant de débuter l’aventure dans un projet, vous devez prendre en compte qu’il est grandement recommandé de vous faire aider d’un spécialiste. Effectivement, il y a beaucoup d’investissements différents. Ainsi, il est difficile de faire le tri quand on désire effectuer un tout premier placement financier. C’est pourquoi nous vous proposons les genres d’investissement écologique à choisir.

Les ETF

Les ETF, également nommés trackers, offrent la possibilité de procéder à un investissement en bourse en dupliquant des indices de marché tels que le CAC 40 ou le S&P 500. De plus en plus de trackers se distinguent par une approche responsable, en pariant sur des sujets éthiques et/ou durables, ou en mettant des critères ESG dans leur étude. Si vous désirez mettre du vert dans votre portefeuille, ce n’est pas le choix qui va vous manquer.

Ainsi, les ETF Amundi Index MSCI Europe ESG Leaders Select et Amundi Index MSCI USA ESG Leaders Select vous offrent la possibilité de procéder à un investissement de façon respective dans des actions de type européennes et américaines, qui viennent de sociétés agissant sur des marchés dont ont été rejetés le nucléaire, le tabac, l’armement ou encore le charbon. Point fort : avec les trackers dupliquant les performances d’un panier d’entreprises, il n’y a pas besoin de procéder à un investissement dans chacune de ces dernières et vous profiterez d’une excellente diversification.

Il est possible d’effectuer un achat de trackers via un PEA, un compte titres, une assurance vie ou plusieurs PER. Pour vous renseigner, n’hésitez pas à vous tourner vers votre banque.

Les fonds ISR

Justice sociale, bien-être professionnel ou encore sauvegarde de l’environnement : ce sont trois valeurs chères à vos yeux ? Dans ce cas, pourquoi ne pas vous tourner vers des ISR (fonds d’investissement socialement responsables) ?

Il s’agit de portefeuilles d’actifs gérés par une entreprise de gestion. Cette dernière investit dans des fonds s’attardant sur des critères extra-financiers (ce que l’on nomme des critères ESG : environnementaux, sociaux et de gouvernance). Ils ont pour finalité de mêler efficacité économique et impact social et environnemental. Ces critères financent des sociétés qui ont un rôle dans le bien-être de la Terre, ou éliminent des portefeuilles dont les activités engendrent de la pollution.

Au contraire de ce que beaucoup de monde pense, l’investissement socialement responsable n’a pas pour seule et unique utilité de se donner bonne conscience. Les rapports dévoilent que l’investissement durable possède des pourcentages de risques et de rendement semblables à l’investissement traditionnel.

Quand la crise est là, les fonds ISR proposent une résistance identique. Durant le début de la crise internationale liée à l’émergence du Coronavirus, on a observé que leur niveau de performances était au-dessus de celui des fonds classiques.

Afin d’avoir accès aux fonds ISR, différents véhicules d’investissement se proposent à vous : les assurances vie en unités de compte, les comptes titres ou les placements immobiliers comme les SCPI et les OPCI. Le label ISR doit offrir la possibilité de d’identifier les fonds responsables.

L’investissement dans les forêts

L’investissement forestier est de plus en plus populaire. Si vous désirez diversifier votre patrimoine, c’est un excellent outil. En plus, vous jouerez un rôle à votre niveau dans la transition écologique.

Il faut savoir que plus de 75% de la forêt est privée. La plupart des bois et forêts sont possédés par des particuliers, qui effectuent un investissement en direct ou via des fonds dédiés. Actuellement, il y a trois véhicules d’investissement : l’achat de bois et forêts en direct, celui de parts de groupements fonciers forestiers (GFF) et la souscription à un groupement forestier d’investissement (GFI).

Prenez en compte que la totalité des bois n’ont pas la même valeur. Ainsi, le chêne est le plus coûteux. Comptez 12 500 euros l’hectare. Le pin maritime est quant à lui moins cher.

Une autre solution existe : être le propriétaire d’un ou une poignée d’arbres, dont la plantation s’effectue à la suite d’achat sur des massifs forestiers. Leur gestion se fait de façon durable. C’est ce qu’offre la PME EcoTree, qui propose une rentabilité moyenne de 2% annuellement. Une façon d’effectuer une action positive, tout en permettant une diversification de votre portefeuille.

La majorité des individus désireux d’effectuer un investissement écologique se dirigent en direction du LDDS (livret développement durable et solidaire). Extrêmement populaire auprès des experts et conseillers bancaires, c’est un produit d’épargne à capital garanti qui n’offre malheureusement pas une rentabilité pertinente (0,5 % l’année dernière). Or, le LDDS a un avantage majeur : il peut s’intégrer facilement dans une stratégie patrimoniale globale. Néanmoins, est-ce réellement un investissement écologique ?

Comment financer un projet écologique ?

Le financement de multiples et variés projets pour la transition écologique peuvent se faire via financement participatif, que ces derniers soient conduits par des particuliers, des associations, des sociétés ou des collectivités territoriales.

Financement participatif

Voici une solution idéale si vous désirez effectuer un investissement écologique. Cette solution de financement offre la possibilité de procéder à un investissement dans des projets en lien avec la transition énergétique, tout en touchant des intérêts. Par conséquent, vous pouvez avoir un rôle dans la protection de la planète tout en permettant à votre épargne de de fructifier.

Il y a une multitude de projets d’énergies renouvelables, de façon plus précise ceux portant sur le financement de centrales solaires. Par conséquent, vous procédez à un investissement dans ces projets pour une durée de quatre ans en moyenne, dotée d’un taux d’intérêt brut annuel moyen situé entre entre 4,5% et 5,5%. Concernant le seuil de risque, il est plutôt bien contrôlé.

Comment investir dans les placements écologiques ?

Il existe plusieurs façons d’investir dans des placements écologiques. Tout d’abord, vous pouvez procéder à l’ouverture d’un PER. Au même titre qu’une assurance-vie, il existe des PER experts dans l’investissement écoresponsable. Une autre solution est l’investissement en bourse. Pour cela, vous n’aurez qu’à procéder à l’ouverture d’un plan d’épargne en actions (PEA) ou un compte-titres ordinaire (CTO). Quand l’ouverture de votre compte sera effectuée, choisissez les fonds offrant une réponse à vos valeurs éthiques.

Une autre option possible dans la famille des placements écologiques est l’investissement via le crowdfunding. C’est une excellente façon d’investir de façon écoresponsable. À condition, évidemment, d’effectuer le financement de projets qui vont dans ce sens. Là est le point fort majeur : il est possible de faire le choix de projets auxquels vous tenez et qui vous ressemblent. Une autre solution est l’ouverture d’un contrat d’assurance-vie. Il existe des contrats d’assurance-vie offrant des fonds d’investissement responsables. Des assurances-vie expertes dans l’ISR apparaissent de plus en plus sur le marché, au même titre que Goodvest.

Les certificats et les labels

Dans le but de soutenir les investisseurs à faire les bons choix et pour restreindre le danger de « green-washing », des labels officiels assurant l’engagement vert des fonds ont été pensés et conçus par le gouvernement. Les voici : label Finansol (destiné à la finance solidaire), le Greenfin et l’ISR.

À la suite de la COP21 et de l’Accord de Paris sur le climat, un outil offrant la possibilité d’assurer la transparence et l’engagement des produits financiers a vu le jour pour répondre au réchauffement climatique et jouer un rôle dans la transition écologique. Le Greenfin assure quant à lui la transparence et l’objectif environnemental des produits financiers. Il s’agit d’une référence destinée aux professionnels et aux particuliers désirant procéder à une diversification de leur portefeuille sur des actifs et placements verts et responsables.

Le label ISR

Pensé par le ministère des Finances, ce label est une solution de choix de produits d’ISR destinés aux épargnants du pays et du continent européen. Cette option concerne des fonds finançant des sociétés agissant dans le développement durable dans la totalité des milieux d’activités.